Divers

Attention aux arnaques lors de la création de votre auto-entreprise


Exaucée

· 5 minutes de lecture
Attention aux arnaques lors de la création de votre auto-entreprise

Il est vrai que la simplicité est l’un des mots-clés qui qualifie l’auto-entreprise. Mais attention, aux informations « trop belles pour être vraies » celles-ci peuvent s’avérer être des arnaques. En effet, nombreuses sont les arnaques ciblées lors de la création de votre auto-entreprise car, ce terrain inconnu est l’environnement idéal pour séduire et tromper les âmes entrepreneuriales qui ne se connaissent pas encore dans le domaine. Évidemment, ce ne sera pas votre cas comme dans cet article, nous allons vous dévoiler les arnaques auxquelles vous pouvez faire face afin que vous puissiez les détourner. C’est parti !

Quelles sont les arnaques à éviter lors de la création de son auto-entreprise ?

Pour commencer, si vous débutez dans le monde de l’auto-entreprise, il est important que vous soyez très vigilant.e et attentif.ve car vous êtes la cible idéale de certaines arnaques. Mais pas d’inquiétudes, il vous suffit de bien vous informer, mais surtout de prendre quelques précautions. De plus, l’idée est de prendre connaissance des arnaques fréquentes afin de les reconnaître, dans le cas où vous vous retrouveriez face à l’une d’elles. Alors, les voici en exclusivité :

Le démarchage commercial

Qu’est-ce que le démarchage commercial ?

C’est une technique qui utilise comme support, une lettre qui reprend les mêmes caractéristiques qu’un courrier d’organisme officiel. Mais ce n’est pas tout, la tromperie de ce document ne réside pas uniquement dans la forme. Effectivement, le contenu stipule le règlement urgent d’une facture.

Les déclarations payantes

Le plus souvent, vous pouvez rencontrer ce type de déclarations payantes lors de la création de votre micro-entreprise. En effet, si l’administration et vous ça fait deux, il est fort possible et logique qu’il vous vienne à l’idée de faire appel à une entreprise qui se charge de cette partie chronophage. Cela dit, vous pouvez dans ce cas être amené.e à effectuer des paiements sans prestations de services.

Rassurez-vous, ce n'est pas le cas avec Abby ! Vous pouvez réellement créer votre auto-entreprise très facilement !

L'hameçonnage/phishing par mail

Cette technique d’arnaques est particulièrement trompeuse surtout au moment de la création de votre auto-entreprise. Elle consiste à envoyer un mail au micro-entrepreneur en se faisant passer pour un organisme officiel notamment en détournant les logos, la typographie etc… par exemple.

L’objectif est de récupérer l’ensemble de vos informations personnelles. Comment ? En vous redirigeant vers ce qu’on appelle un site miroir, c’est-à-dire un site qui tout à fait l’allure d’un site officiel hors ce n’est pas du tout le cas.

Le piratage de votre site internet

En effet, afin de promouvoir l’activité de son auto-entreprise, en fonction du domaine d’activité, il est vivement conseillé de mettre en place un site vitrine, car c’est un élément de communication indispensable. Malheureusement, il n’est pas à l’abri d’un possible piratage de données.

C’est la raison pour laquelle le gouvernement a créé le site cybermalveillance afin de lutter contre cette pratique frauduleuse.

💡
Astuces : Si vous avez le moindre doute ou simplement par prévoyance, n’hésitez pas à :
- Vous renseignez sur l’entreprise,
- Faire des recherches sur la marque située dans l’en-tête,
- Ne pas répondre aux mails quand vous avez des doutes

Que faire en cas d’arnaques lors de la création de mon auto-entreprise ?

Si jamais par, par malheur vous avez été victime d’un comportement frauduleux, ne vous inquiétez pas ! Vous pouvez contacter des organismes qui vous aideront à remédier à vous donner raison.

Contacter l’entreprise frauduleuse

Contacter l’entreprise peut aussi être l’un de vos premiers réflexes. Dans ce cas, nous vous conseillons d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception pour avoir la confirmation que celle-ci a bien été réceptionnée par l’entreprise à l’origine de l’arnaque. En ce qui concerne le contenu, n’hésitez pas à mentionner le point de vue législatif ainsi que les risques encourus en cas de non-retour et de non-remboursement.

S’appuyer sur le code de la consommation

Le code de la consommation répertorie toutes lois relatives à la protection des consommateurs et à leurs droits. À cet égard, il détermine les pratiques commerciales autorisées ou non. Parmi elles, vous trouverez notamment l’article au sujet des pratiques commerciales douteuses :

« Une pratique commerciale est trompeuse si elle est commise dans l’une des circonstances suivantes :

  • 1- Lorsqu’elle crée une confusion avec un autre bien ou service, une marque, un nom commercial ou un autre signe distinctif d’un concurrent ;
  • 2- Lorsqu’elle repose sur des allégations, indications ou présentations fausses ou de nature à induire en erreur et portant sur l’un ou plusieurs des éléments suivants :

a) L’existence, la disponibilité ou la nature du bien ou du service ;

b) Les caractéristiques essentielles du bien ou du service, à savoir : ses qualités substantielles, sa composition, ses accessoires, son origine, notamment au regard des règles justifiant l’apposition des mentions “ fabriqué en France ” ou “ origine France ” ou de toute mention, signe ou symbole équivalents, au sens du code des douanes de l’Union sur l’origine non préférentielle des produits, sa quantité, son mode et sa date de fabrication, les conditions de son utilisation et son aptitude à l’usage, ses propriétés et les résultats attendus de son utilisation, notamment son impact environnemental, ainsi que les résultats et les principales caractéristiques des tests et contrôles effectués sur le bien ou le service ;

c) Le prix ou le mode de calcul du prix, le caractère promotionnel du prix et les conditions de vente, de paiement et de livraison du bien ou du service ;

d) Le service après-vente, la nécessité d’un service, d’une pièce détachée, d’un remplacement ou d’une réparation ;

e) La portée des engagements de l’annonceur, notamment en matière environnementale, la nature, le procédé ou le motif de la vente ou de la prestation de services ;

f) L’identité, les qualités, les aptitudes et les droits du professionnel ;

g) Le traitement des réclamations et les droits du consommateur ;

  • 3- Lorsque la personne pour le compte de laquelle elle est mise en œuvre n’est pas clairement identifiable »

Contacter des associations

Des associations se sont spécialement créées pour accompagner les auto-entrepreneurs. En effet, vous pouvez faire appel à :

  • La Fédération des auto-entrepreneurs
  • L’Union des auto-entrepreneurs

Contacter la DDCRF : Direction départementale de la concurrence de la consommation et de la répression de fraudes

Cet organisme est comme son nom l’indique, a spécialement été mis en place pour faire face à ces escroqueries.

Entamer une action judiciaire

Vous pouvez également déposer une plainte au sein de la gendarmerie ou dans un commissariat ou tout simplement faire appel à un avocat.

Contacter sa banque

Dès que vous prenez conscience de la fraude, si vous avez été à mener entrer vos coordonnées bancaires ou bien régler un certain montant, contactez le plus rapidement possible votre banque afin de pouvoir faire opposition sur virement ou le prélèvement en cours.

Quelles sont les étapes à suivre lors de la création de son auto-entreprise ?

Avec Abby, vous pouvez créer votre auto-entreprise en seulement quelques clics ! Il vous suffit de :

  • Choisir votre domaine d’activité,
  • Renseigner les informations et documents essentiels,
  • Laisser Abby se charger du traitement de votre dossier sous 24h

Effectivement, avec Abby vous avez la possibilité de créer votre micro-entreprise facilement et sans mauvaises surprises ! 😉

Découvrez comment nos équipes peuvent vous aider !

Création activité offerte Abby

Enfin, sachez que les seules dépenses nécessaires lors du lancement de votre auto-entreprise sont :

En clair, faites très attention aux arnaques présentes lors de la création de votre micro-entreprise. Pour cela, il vous suffit de bien vous informer sur les démarches obligatoires à entreprendre.

Vous aimerez aussi