Légal

Les 10 questions les plus fréquentes sur la micro-entreprise


Lou

· 7 minutes de lecture
Les 10 questions les plus fréquentes sur la micro-entreprise

En ce début d’année 2022 vous avez enfin décidé de vous lancer dans la belle aventure de la micro-entreprise ? 🤩

Pas de doute, cette décision est la bonne ! Et pas question de faire marche arrière, surtout si ce n’est que le point de vue administratif qui vous freine. On reconnaît que bien souvent (oui d’accord, trop souvent…) traiter la partie administrative de son projet est loin d’être une partie de plaisir. Et, c’est très certainement à ce moment précis que toutes ces questions se bousculent dans votre tête 🤯  :

Comment devenir auto-entrepreneur ? Quelles sont les charges à payer ? Quelles sont les aides disponibles ? Quel est le statut juridique ? Comment déclarer son chiffre d’affaires etc.

La liste peut être très longue, mais bonne nouvelle pour vous simplifier la compréhension de toutes ces démarches et résoudre une bonne fois pour toute votre phobie de l’administration, nous vous avons concocté une sélection des 10 questions les plus fréquentes sur la micro-entreprise. En clair, les infos indispensables à connaître dans le cadre de la création et de la gestion de votre micro-entreprise ! C’est parti 🚀

Comment devenir micro-entrepreneur ?

Évidemment, pour commencer nous allons répondre à LA question ultime qui n’est autre que : Comment devenir micro-entrepreneur ?

Eh bien, avant toute chose, sachez que non il n’y a pas besoin de formule magique et encore moins de formation obligatoire (certaines activités nécessitent tout de même une certification). Effectivement, être micro-entrepreneur est essentiellement un état d’esprit. Alors si vous avez :

  • De l’audace ✅
  • Une bonne dose de courage ✅
  • Pas peur de l’échec ✅

Vous disposez déjà de toutes les qualités requises pour devenir micro-entrepreneur.

Concrètement, il vous suffit de suivre ces étapes :

Faire la déclaration de début d’activité

Cette première étape consiste tout simplement à constituer le début de votre dossier qui comprend différentes informations à votre sujet telles que :

  • Votre identité
  • Votre adresse
  • La nature de votre activité
  • Le régime social et fiscal de votre activité

Bon à savoir :

En fonction du type d’activité exercé, il est également possible qu’un justificatif de qualification lié à votre activité vous soit demandé. Il peut s’agir par exemple :

  • D’un certificat
  • D’un diplôme
  • Un document prouvant votre expérience professionnelle dans le domaine

C’est tout particulièrement le cas des métiers du bâtiment, de la coiffure, ou encore de la vente de produits frais.

Se domicilier 📬

En quelques mots, comme son nom l’indique, la domiciliation est une démarche obligatoire lors de la création de votre micro-entreprise qui consiste à attribuer une adresse administrative à votre entreprise pour ainsi définir son siège social et sa boîte postale. À cette adresse attitrée, seront donc envoyés tous les documents concernant votre entreprise. De ce fait, c’est cette adresse qui figurera sur l’ensemble des documents en lien avec votre activité : contrats, factures, abonnements, devis etc. On parlera alors de domiciliation administrative.

S’immatriculer

Non non, on vous rassure on ne parle pas de voiture. Dans le jargon de la micro-entreprise l’immatriculation permet simplement d’identifier votre micro-entreprise.

Cela dit, elle concerne uniquement les activités commerciales et/ou artisanales. Dans ce cas, vous pouvez vous diriger vers ces deux organismes :

  • Le Répertoire des métiers (RM) pour les activités artisanales.
  • Le Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) pour les activités commerciales.

Validation du dossier 🎉

Une fois que votre dossier est enfin validé, vous allez recevoir plusieurs documents :

  • Le certificat d’inscription au Répertoire des Entreprises et des Établissements avec votre numéro de Siret (série de 14 chiffres permettant de répertorier les entreprises) et votre code Ape (numéro de référence de votre activité de micro-entrepreneur)
  • La notification d’affiliation au régime micro-entrepreneur,
  • L’extrait K-bis,
  • La notification d’affiliation à la Sécurité sociale des Indépendants,

Souscrire à une assurance

La souscription à une assurance professionnelle est obligatoire d’un point de vue législatif pour la plupart des auto-entreprises. De ce fait, on peut relever 3 types d’assurances :

  • L’assurance professionnelle : elle concerne particulièrement les métiers exerçant dans le secteur artisanal
  • L’assurance RC pro ou Responsabilité civile qui elle s’adresse plus généralement à ces corps de métiers :
  • La santé et le bien-être,
  • Le bâtiment,
  • L’automobile,
  • Le transport,
  • Le sport,
  • Les loisirs et la culture,
  • Le conseil financier et intermédiaire en assurance,
  • L’assurance décennale qui est obligatoire pour tous les métiers exerçant dans le secteur du bâtiment

En tant que micro-entrepreneur, vous êtes responsable de votre activité et de tout ce que cette dernière peut engendrer. L’assurance permettrait donc de vous couvrir financièrement des potentiels dommages que vous pourriez causer. Alors, soyez vigilants et veillez à ne pas négliger cette étape. “Mieux vaut prévenir que guérir” n’est-ce pas ? 🥰

Ouvrir un compte bancaire dédié 💸

Un « compte bancaire dédié » est tout simplement un compte courant dédié à toutes les entrées et sorties d’argent liées à l’activité de votre auto-entreprise. Celui-ci doit donc contenir :

  • les dépenses et les frais liés à votre activité (formations, fournitures etc…)
  • le règlement des charges (cotisations sociales, taxes…)
  • les crédits ou prêts effectués dans l’objectif de développer votre auto-entreprise
  • les recettes
  • votre rémunération prélevée vers votre compte personnel

À noter que l’ouverture d’un compte dédié à votre micro-entreprise n’est pas synonyme d’ouverture d’un compte professionnel.

Quel est le statut juridique d’un auto-entrepreneur ?

Le statut juridique d’un micro-entrepreneur se caractérise par sa simplicité de création et sa simplicité de gestion. À cet effet, deux cas sont donc possibles :

  • L’EI (entreprise individuelle), dans ce cas
  • L’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée)

Qu’est-ce qui les différencient ? C’est en quelque sorte le niveau de protection de votre patrimoine personnel. Cela signifie qu’en cas de dettes, si vous optez pour l’EI les huissiers peuvent saisir certains de vos biens personnels et professionnels tels que :

  • la voiture de fonction si vous en avez,
  • vos biens immobiliers
  • votre local professionnel
  • votre voiture personnelle

Mais pas votre résidence principale (ouf) ! D’ailleurs, bonne nouvelle ! Cette année grâce a projet de loi du Plan Indépendant, l’EIRL sera supprimé et donc pour toutes les nouvelles micro-entreprises qui vont être créées, le statut juridique sera automatiquement l’entreprise individuelle et l’ensemble du patrimoine personnel sera protégé. Génial non ?

Quelles sont les charges à payer pour un auto-entrepreneur ?

Les charges d’un auto-entrepreneur dépendent de l’activité qu’il exerce. Il peut s’agir soit des charges sociales, soit des charges fiscales.

Comment déclarer ses revenus d’auto-entrepreneur ?

Un auto-entrepreneur doit déclarer ses revenus de façon mensuelle ou trimestrielle. Ce choix doit être fait au moment de la création. De plus, le montant annuel du chiffre d’affaires doit être inscrit dans la déclaration complémentaire de revenus de l’auto-entrepreneur, c’est-à-dire dans la déclaration n°2042-C Pro.

Peut-on être auto-entrepreneur et salarié ?

Oui, être micro-entrepreneur et salarié, c’est tout à fait envisageable ! Il est juste important de vous assurer que ce cumul n’est pas interdit par votre contrat de travail. Mais surtout, que votre seconde activité n’est pas exercée de manière déloyale vis-à-vis de votre employeur.

Peut-on toucher le chômage et être auto-entrepreneur ?

Chômage et micro-entreprise sont tout à fait compatibles, mais sous certaines conditions.

Comment faire une facture d’auto-entrepreneur ?

Avec Abby, vous pouvez faire toutes vos factures en seulement quelques clics ! Démonstration👇

Combien coûte la création d’une micro-entreprise ?

  • L’immatriculation : Elle est gratuite, sauf pour les agents commerciaux qui devront débourser 26€
  • L’assurance : pour certaines activités, il est obligatoire de s’assurer. Dans la construction par exemple, il vous faudra vous munir d’une assurance décennale. Notre partenaire Simplis offre des tarifs attractifs aux auto-entrepreneurs pour une garantie décennale.

Y a t-il des seuils de chiffre d’affaires à ne pas dépasser ?

En fonction du types d’activités exercées, les seuils de chiffre d’affaires annuel à ne pas dépasser vont être différents :

  • Mixtes : 176 200€
  • Libéraux : 72 600€
  • Commerciaux 176 200€
  • Artisans : 72 600€

Les aides disponibles en micro-entreprise ?

Il existe de nombreux organismes pour vous accompagner dans le lancement et la gestion de votre micro-entreprise, en voici une petite liste exhaustive :

  • L’ACRE : L’Aide à la Création ou à la Reprise d’une Entreprise
  • L’ARCE : L’Aide à la Reprise ou à la Création d’Entreprise
  • L’ARE : L’Allocation d’Aide au Retour à l’Emploi
  • Le CAPE : Le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise
  • Le NACRE : Le Nouvel Accompagnement à la Création ou la Reprise d’Entreprise
  • L’ADIE : L’Association pour le Droit à l’Initiative Economique
  • L’ASS : L’Allocation de la Solidarité Spécifique
  • L’AGEFIPH : L’Association de Gestion de Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées
  • Des aides spéciales pour les femmes entrepreneures

Certes dans cet article, nous avons tenté de répondre aux principales questions qui vous taraudent dans le cadre de la micro-entreprise, mais bien sûr si vous avez d’autres interrogations, telles qu’elles soient, n'hésitez pas à nous les partager !

Vous aimerez aussi